Le Droit de la Famille, les joies et les peines: Votre Avocat Conseil intervient avec tact et fermeté

 

Le droit de la Famille tient une place importante dans notre Cabinet car s’il occupe une position centrale dans notre droit, il constitue surtout l’un des pivots fondamentaux de notre vie.

Il couvre des domaines aussi variés que la séparation (divorce, séparation de corps, séparation de fait), l’adoption, le changement de nom ou de prénom, les droits des tiers (grand – parents), la contestation ou reconnaissance de paternité, les successions, les régimes matrimoniaux.

Notre Cabinet saura intervenir avec tact et fermeté, mais aussi avec bon sens et amenité à l’occasion des litiges, souvent douloureux, toujours trop conflictuels;

Se fondant sur une expérience très riche de la matière, rompu à la Jurisprudence de notre Cour d’Appel, nous vous aiderons à franchir ce qui est une épreuve importante de votre vie, dans le respect de vos intérêts et de ceux de vos enfants.

« Au rythme de débats permanents, le droit de la famille ne cesse d’évoluer.

La pluralité et l’égalité des modèles familiaux le marquent aujourd’hui profondément de leur empreinte, promouvant bien souvent une contractualisation du droit, au risque de laisser croire trompeusement à un recul des spécificités du droit de la famille.

Les nombreuses réformes intervenues ces dernières années tentent souvent d’unifier et de simplifier les règles de droit applicables aux différentes familles, mais elles assurent aussi la protection des personnes les plus vulnérables et une solidarité minimale consubstantielle à la notion même de famille.

Ainsi, ce difficile équilibre entre l’ordre public familial et les aspirations des volontés individuelles a-t-il été largement réajusté ces derniers temps en matière : – d’autorité parentale, par la loi du 4 mars 2002 ; – de filiation, par l’ordonnance du 4 juillet 2005 ; – de divorce, par la loi du 26 mai 2004; – de violences intrafamiliales, par la loi du 4 avril 2006 ; – de successions, de libéralités, et de pacte civil de solidarité, par la loi du 23 juin 2006 ; – de protection juridique des majeurs et de protection de l’enfance, par les lois du 5 mars 2007. » Source Présentation Edition Dalloz